DUNKERQUE: PATRIMOINE & URBANISME - Cyrille Misérolle-Velpry
  Mort subite Place Royale
 
UNE MORT SUBITE PLACE ROYALE
10 Juillet 1766


Il est onze heures du matin quand, d'un coup un homme s'effondre en pleine rue.

Nous sommes Place Royale, maintenant appelée Place Jean-Bart, devant la maison et propriété du Sieur Henry JOUSTEL, négociant à Dunkerque. Tout se passe pour le mieux;

Le Sieur Mac CARTY, un professeur d'anglais, enseignant à Dunkerque, se promène.
Il rencontre le Sieur Ecuyer Joseph Laurent de COLNET avec qui il échange quelques mots de courtoisie. Continuant sa promenade, il croise un ami anglais avec qui il discutera longuement avant de s'effondrer brutalement.

Les Sieurs de COLNET, GUICHART et GRUAN, témoins de la triste scène accours aussitôt, redresse l'homme, l'appuis contre le mur, mais il est déjà trop tard pour secourir le pauvre homme, il n'y a plus rien à faire, il vient d'expirer.

Dans les quelques minutes seulement après la scène, se présentent devant le corps inerte gisant à terre, les Sieurs Robert PEELAERT et Henri MOUTON, échevins de la ville, le Sieur et Maître Jean Amand de DUYTER, secrétaire greffier du siège de l'amirauté, le Sieur François Louis ODIETTE, lieutenant bailli, les Sieurs et Maîtres Jean-Baptiste VANHOVE, Philippe de BLAIGNY, médecins, le Sieur et Maître Pierre BADETZ, lieutenant de Monsieur de Premier Chirurgien du Roi en la ville de Dunkerque, et enfin le Sieur et Maître Henri BERTRAND, chirurgien.

L'homme portait sur lui une perruque noire, un habit de drap brun foncé, des boutons de pince bec, une veste de calmande bleue, une culotte de drap brun, des bas de laine gris, des boucles de pince bec dans ses souliers et une cravate noire au col; dans les poches de ses culottes s'est trouvée une bourse de soie verte contenant quarante huit sols et trois deniers en monnaie, et dans les poches de son habit un mouchoir de nez et une tabatière de papier maché.

Dans la déposition, assez brève du Sieur de COLNET, il est dit que le Sieur Mac CARTY était un anglais, enseignant sa langue en ville, qu'il habitait une chambre au grenier en la propriété de la veuve de COLNET, sa mère.

Le cadavre du Sieur Mac CARTY sera emmené après les constatations d'usages à la morgue où il sera autopsisé par les Sieurs et Maîtres VANHOVE, de BLAIGNY, BERTRAND et BADETZ, lesquels déclareront comme vrai, que le Sieur Mac CARTY est décédé par un engorgement de sang.

Le corps sera demandé pour l'inhumation par sa belle-fille, âgée seulement de 20ans.

Sources / AM Dunkerque - Ecouages
 
  Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (8 hits) Ici!  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement