DUNKERQUE: PATRIMOINE & URBANISME - Cyrille Misérolle-Velpry
  MEMOIRE: LES REDEMPTORISTES
 
RELIGION – MEMOIRE

Il y a 11ans les rédemptoristes nous quittaient

Il y a bientôt 11 ans les pères rédemptoristes co-célébraient une messe d’adieu en leur chapelle rue David-d’Angers.

   En 1997, les pères rédemptoristes, installés à Dunkerque depuis 144 ans, n’étaient plus que trois contre une vingtaine quelques années auparavant.
   Le dimanche 6 juillet 1997, les pères Joseph GAUMER, responsable de la communauté, Pierre RINJONNEAU et Gérard CERIEZ co-célébraient une dernière messe avant la fermeture définitive du couvent de la rue David-d’Angers, le 1er août de la même année. Depuis 1977, la « chapelle des pères » ainsi dénommée par les habitants des alentours, était le lieu de recueillement d’un grand nombre de mariniers qui venaient prier le premier dimanche de chaque mois.
   Leur fanion avait d’ailleurs été déployé dans le sanctuaire lors de la dernière messe.
Le père GAUMER, aumônier de la corporation de la batellerie, en fonction depuis 1969, avait tenu à remercier chaleureusement les chrétiens de Dunkerque-centre.
   Les trois pères ont simplement exprimé leur gratitude à tous ceux qui, pendant si longtemps, ont travaillé avec la communauté des pères.
   Cette dernière célébration de l’eucharistie n’en fut pas moins emplie d’une certaine tristesse.
   Ce jour là, on pouvait retenir la présence autour de l’autel des curés de la paroisse de Dunkerque-centre qu’étaient Fabien BLANQUART et Paul LEROUX.
   On se souviendra des bombardements de la première guerre et les dégâts causés à l’Eglise Saint-Eloi, le siège de la « grande paroisse » avait été transféré dans l’Eglise romane des Pères.
   Les choses restèrent ainsi de 1915 à 1930.
   Dix ans plus tard, ce furent les heures tragiques de 1940. Les dunkerquois sont sous les bombes allemandes, Dunkerque est ravagée; la rue David-d’Angers n’échappera pas au désastre.
   La chapelle, le mobilier, la sacristie et ses trésors accumulés depuis près d’un siècle, la grande bibliothèque tapissée de milliers de volumes, disparaissent à jamais.
   Après la libération, les Révérends-Pères- Rédemptoristes, plein d’allant et de confiance se mettent à pied d’œuvre pour rebâtir.
   En avril 1946, ils édifièrent un couvent provisoire ainsi qu’un oratoire. Grâce aux dons des bienfaiteurs de la communautés et aux fond de l’emprunt réservé aux églises détruites, ils élaborent en 1949, le projet de reconstruction de la chapelle Saint-Joseph.
    Lors de cette reconstruction, la chapelle, dans un triste état, ne gardera que quelques traces de sa vie passée, les parties trop abîmées seront enlevées. Le dimanche 6 juin 1954, c’est la consécration, l’église est achevée. C’est à l’occasion de la pentecôte qu’elle sera inaugurée.
   C’est Monseigneur DEVOS, vicaire général et archidiacre des Flandres, qui procédera à la bénédiction des lieux.
Monseigneur chantera la messe solennelle célébrée pour les bienfaiteurs et les victimes de la bataille de Dunkerque, et prononcera le discours de circonstance.
   Cette restauration coïncidera avec le centenaire de l’arrivée à Dunkerque des R-P Rédemptoristes.
   A 16 heures sera donnée, en action de grâces, la Bénédiction du Saint-Sacrement. Un grand nombre de personnalités notables, religieuses et de la magistrature dunkerquoise étaient présentent.
   Monseigneur DEVOS continuera ainsi : « en 1861, hélas ! première expulsion des Pères, sous le prétexte qu’ils étaient belges, par le gouvernement impérial.
   En 1881, seconde expulsion.
   En 1903, dispersion plus grave et vente des biens d’église (dont ceux des rédemptoristes qui deviendront par la suite, à leur nouveau retour, les locataires d’une société civile devenue possédante de leur propre bien…).
   En 1914-1918, les destructions de l’église Saint-Eloi obligent cette paroisse à chercher refuge ailleurs ; c’est l’église des Rédemptoristes qui en deviendra le foyer et qui enregistrera les naissances, les mariages et les enterrements, prédictions du clergé séculier (Monseigneur DEVOS lui-même y prêcha un triduum en l’honneur de Sainte-Thérèse en 1930).
   L’horreur des jours tragiques de 1940 est ensuite évoquée : c’est dans la nuit du 28 au 29 mai que l’immense incendie (allumé depuis la veille et embrasant tout Dunkerque et ses environs) détruit les immeubles des Rédemptoristes, anéantissant couvent et église ».
   Monseigneur DEVOS terminera son discours en citant un extrait d’album, retrouvé par le chanoine THELLIER de PONCHEVILLE, qui sera remis aux neveux ou cousins survivants des LEMIRE, et qui fut écrit par le R-P Achille LEMIRE, frère cadet du célèbre abbé LEMIRE, en hommage de reconnaissance et d’admiration pour les Rédemptoristes.
   Un vin d’honneur sera offert aux personnalités après la cérémonie qui aura duré 2 heures.
   Aujourd’hui la chapelle et le couvent n’existent plus. Après le départ en 1997 des R-P Rédemptoristes, le terrain et les bâtiments seront rachetés afin d’y construire des appartements.
   De nos jours sont encore visibles dans la cour intérieure du bâtiment, les restes des piliers qui jadis soutenaient les splendides arceaux de l’ogive extérieure du cloître.

Photo Source Internet


 
  Aujourd'hui sont déjà 6 visiteurs (21 hits) Ici!  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement